Notre histoire

Il était une fois une petite ferme familiale au coeur d'un bourg situé dans le méandre de la vallée du Lot, Livinhac-le-Haut. 

Les parents, Monique et Jean Remès y élevent des vaches laitières et produisent quelques légumes pour la vente en gros ou au détail sur le marché de Decazeville.

En 1988, leur fils Laurent décide de partir en Afrique pour un engagement de volontaires, très exactement à Mèguet, petit village  à l'est de Ouagadougou au Burkina Faso.

Grand bien lui prend car il se plaît tellement qu'il y reste 3 ans et revient transformé, plein d'idéal, prêt à reprendre la ferme mais...en bio! 

A l'époque, c'est une petite révolution... Scepticisme ou sourires en coin, rien ne résiste à la détermination de Laurent qui monte son projet en visitant d'autres fermes bio ou se fiant à son intuition.

Et ça marche, tant et si bien qu'il décide de ne pas rester seul: il recherche des associé(es) par  petites annonces pour partager le travail, les décisions, les projets. Petite annonce qui passe la frontière et tombe sous les yeux de Sylvie depuis sa Belgique natale.

Sylvie est journaliste à Namur depuis 10 ans, elle est notamment  secrétaire de rédaction des Amis de la Terre Belgique et confectionne une revue qui traite plein de dossiers écolos dont l'agriculture bio ou bio-dynamique. Elle se pose des questions, sent en elle, vivants, des souvenirs de vie de ferme pendant les vacances lorsqu'elle était jeune, des odeurs de foin, des potagers, des granges, des poules, des paysages.

Après mûre réflexion, elle opère un virage professionnel à 32 ans et part étudier à l'Ecole d'Agrobiologie de Beaujeu où elle s'immerge dans une approche passionnante de l'agriculture avec des intervenants comme Pierre Rabbhi ou Claude Bourguignon.

Après deux ans de stages dans des fermes en France , elle répond à l'annonce de Laurent et arrive le 1er avril (si,si) 1998 pour se lancer dans l'aventure.

Très vite, Laurent et Sylvie fondent un foyer et naissent alors deux beaux enfants, Robin et Emma qui les poussent à prendre un premier salarié . 

Les marchés de Rodez et de Decazeville attirent du monde, de plus en plus de clients recherchent du bio, ça roule. 

Un salarié, Aymeric Blanpain arrive alors avec sa petite famille en 2007; il s'investit bien au point de, quelques années plus tard, accepter la proposition de fonder un GAEC à trois. Il installe alors la culture des fraises et des melons. Nous engageons  Bruno à plein temps. Des saisonniers viennent étoffer l'équipe. La production s'intensifie.

Nous décidons d'arrêter le marché de Decazeville pour ouvrir un point de vente à la ferme le jeudi.

Nous aimons accueillir des stagiaires du monde entier : tous les deux ans, de jeunes burkinabé(e)s viennent un mois, en 2019, nous avons accueilli Zaineb, adorable jeune marocaine, ou Alfadil, réfugié politique soudanais.

Puis, Aymeric prend une grande décision: s'installer chez lui avec sa nouvelle compagne.

Notre GAEC continue alors en couple et nous décidons d'embaucher Nancy et Nicolas.

Aujourd'hui, à 5, nous sommes dans un bel équilibre et réussissons à assurer deux marchés par semaine sur Rodez, un point de vente à la ferme et l'approvisionnement de la boutique "La Halte Paysanne" à Maurs (voir onglet).

Contact : biotenga@yahoo.fr / 06 48 32 29 85 / 06 08 81 97 34